Imprimer

[samedi 4 avril 2009 01:00]

Rencontre avec Emmanuelle Carrière-Seyboldt :
Dire la foi aujourd’hui

par Christian DAVAINE

Emmanuelle Carrière (39 ans) est pasteur ERF au service de l’Equipe nationale de catéchèse. Remariée au pasteur Andréas Seyboldt de Cavaillon, elle partage avec lui l’éducation de leurs 7 enfants. Elle sera aussi, bientôt, la rédactrice en chef du journal régional « Echanges » (Presse réformée du Sud).

On parle quelquefois de vocation pastorale « tardive ». En ce qui concerne Emmanuelle Carrière-Seyboldt, il s’agit bien d’une vocation « précoce » ! Elle n’a encore que 6 ans et vient d’entrer à l’école primaire, quand on lui pose la sempiternelle question « Et toi, qu’aimerais-tu faire plus tard ? ». Elle répond tout de go : « Je serai pasteur » ! Elle fréquente assidûment l’école biblique de la paroisse de Saint-Etienne où elle est vite connue pour corriger les fautes d’orthographe de son cher pasteur Elie Brée !

L’évidence
« D’aussi loin que je me souvienne, confie Emmanuelle, Dieu s’est imposé dans ma vie d’enfant comme l’évidence d’une présence paternelle. Un père et un amour dans les bras duquel je pouvais me réfugier à tout moment ». Evidence qui ne va plus la quitter mais qu’elle ne cessera d’approfondir et de questionner activement. D’une part pour donner sens à un monde qui pour elle, sans Dieu, n’en a pas. D’autre part pour débusquer les réponses toutes faites « qui, dit-elle, ne m’ont jamais satisfaite ». Collégienne, elle choisit de faire du grec « en vue de ses études de théologie » ; catéchumène, elle demande le baptême à 15 ans, et lycéenne, elle fréquente les études bibliques du pasteur Jérôme Cottin, plutôt que les jeux et loisirs des jeunes de son âge ! Mais Emmanuelle a aussi un « papa musicien » et là voilà au conservatoire de musique où elle suit les cours de piano, violon, chant et direction de chœur. Pas moins ! Après le bac, elle s’ennuie un an dans des études d’histoire et à 19 ans, en 1989, elle débarque seule à Paris. Sac au dos et violon en main, elle plonge pour la première fois dans le métro parisien, direction la Faculté protestante de théologie !
Théologie et musique : deux cordes sensibles qu’Emmanuelle ne va plus cesser de faire vibrer et d’accorder : « Mon expression de foi, reconnaît-elle, ce fut la musique » ! Au cours de ses années de théologie à Paris et Montpellier elle avoue « s’être régalée », profitant de tous les enseignements donnés, se passionnant pour l’exégèse biblique, conjuguant l’approche critique des textes avec leur résonance existentielle. Sans délaisser pour autant la musique, car elle a la chance à Paris de pouvoir diriger la chorale paroissiale de Charenton où elle a des amis.

Le choc
A 24 ans, en 1994, Emmanuelle, qui a commencé a fondé une famille, est nommée pasteur proposant à Saint-Laurent-du-Pape en Ardèche. Et là « c’est le choc ! » affirme-t-elle. Toute bardée d’une éducation biblique et d’une formation théologique plutôt « libérale », elle découvre une approche évangélique et charismatique parfois assez radicale qui l’étonne et la déconcerte. Mais elle relève le défi d’écouter et de comprendre un vocabulaire, une théologie, une spiritualité qui ne sont pas les siens, mais qui sont portés par des personnes convaincues, sincères et engagées. Emmanuelle s’affronte donc à la pluralité théologique de l’Eglise réformée, dans une paroisse où il n’y a pas moins de quatre groupes bibliques et trois groupes de prière de différentes sensibilités ! Emmanuelle sera ensuite pasteur à Châtellerault en région Ouest, de 1999 à 2006. Avec cette paroisse plus classique, elle porte ses efforts sur la catéchèse des enfants et le dialogue avec les autres confessions et religions pour une ouverture sur la ville et un témoignage dans la cité. Elle deviendra aussi l’aumônier protestant de l’hôpital public de Poitiers : une nouvelle expérience pastorale dans « l’accompagnement de personnes qui manifestent une quête de sens et une recherche personnelle souvent très profonde ».
Sur le chemin de Jésus, j'ai rencontré

L’exigence
Aujourd’hui, Emmanuelle est chargée de mission de l’Equipe nationale de catéchèse de l’Eglise réformée. Elle prépare différents matériels catéchétiques destinés aux paroisses. Elle a ainsi travaillé l’évangile de Marc pour un matériel catéchétique publié l’an dernier « Sur le chemin de Jésus j’ai rencontré », et elle termine un nouveau document sur l’histoire des textes de l’Ancien testament à partir du spectacle « La Bible en lumière » réalisé par le pasteur Samuel Amédro à Lyon. Emmanuelle se passionne pour ce travail, tout en regrettant parfois les contacts personnels du ministère paroissial. Mais, dit-elle, « produire ce type de matériel catéchétique est une grande exigence, car on doit clarifier en permanence ce qu’on sait et ce qu’on croît savoir, et trouver tous les moyens possibles pour que ces vieux textes bibliques parlent vraiment aujourd’hui aux enfants et aux adolescents ». Avec toujours la même question pédagogique qui l’aiguillonne : « Si j’étais en paroisse, qu’est-ce que je souhaiterais avoir pour mon travail de catéchète ? Je mets alors tout en œuvre pour que le catéchète dispose de tout le nécessaire ». Pour Emmanuelle Carrière-Seyboldt, le défi théologique actuel est le même pour un service catéchétique national ou une Eglise locale : « comment peut-on exprimer sa foi sans tomber dans un discours religieux préfabriqué ? Comment dire la foi aujourd’hui en évitant d’un côté le silence où l’on se réfugie souvent, et de l’autre le discours stéréotypé que l’on débite par peur du vide ? » Un défi qu’elle aura l’occasion de continuer à relever prochainement comme nouvelle rédactrice en chef du journal régional « Echanges ». Permettez-moi de lui souhaiter bonne chance !

Repères

Le Service catéchétique national ERF
4 orientations principales :
Une catéchèse biblique, existentielle, intergénérationnelle, aux couleurs théologiques plurielles.
2 axes de travail :
La production de matériels catéchétiques
La formation des animateurs de catéchèse.
Un réseau catéchétique :
Il réunit des représentants des huit régions ERF et ses partenaires pour
- partager informations, réalisations et projets,
- concrétiser les 4 orientations dans les Eglises locales,
- mutualiser personnes ressources et bonnes idées...
Le site www.pointkt.org
Plateforme catéchétique francophone des Eglises luthéro-réformées en France, Suisse et Belgique.




© Réveil - Rencontre avec - avril 2009