Imprimer

[lundi 1 mars 2010 00:00]

Personnages étonnants  :  Bruit et fureur ? Non, le silence ! (7)

par André BOST 

« L'Eternel des armées, dont je suis le serviteur, est vivant ! »
I Rois 18.15

 

Il y a 2 500 ans, la télévision n'existait pas. Savez-vous que l'on s'intéressait pourtant aux romans fantastiques ! Relisez l'histoire d'Elie ou Eliyaou, c'est-à-dire : « c'est Yahvé qui est Dieu ! »
 
 

Tout ce que je peux vous raconter sera bien moins intéressant que les textes des livres des Rois dans la Bible (I Rois 17 à 21 et II Rois 1 et 2).
Etonnant Elie ! Arrêtant la pluie pour trois ans, ravitaillé par les corbeaux au torrent de Kérith, traitant de haut le roi Achab - un roitelet -, maniant le feu de Dieu pour enflammer son sacrifice sur le mont Carmel ou contre les ennemis, maudissant Jézabel, marchant dans le désert durant 40 jours et 40 nuits et, pour finir, enlevé au ciel sur un char de feu devant Elisée sidéré.
Ce n'était pas le temps de la tolérance ! Si Jézabel, princesse phénicienne adoratrice de Baal exécutait les prophètes de Yahvé, Elie, lui, exécutait les prophètes de Baal ! Non, mais ! Il faut savoir qui on adore. Achab convoitait la vigne de Naboth pour en faire son potager. Naboth ne voyait aucune raison de vendre sa terre, même au roi. Jézabel, vexée, réplique : « N'es-tu pas le roi ? Je te la donnerai, moi, la vigne de Naboth ! » Facile de faire condamner et d'exécuter le paysan par une superbe magouille.
A côté de cette violence digne de tous les intégrismes fanatiques, tendresse d'Elie pour la veuve de Sarepta et son fils, supplications auprès de Dieu... Fragilité d'Elie, découragement, quand sa lutte pour l'alliance avec Dieu ne rencontre qu'hostilité : « On veut ma peau, j'en ai marre, je fuis, prends ma vie, je ne suis pas meilleur que mes pères ». « Allons, fit l'ange, repose-toi et mange : devant lui, une galette et une cruche d'eau... Une seconde fois : debout, bois et mange ». Il marcha ensuite 40 jours et 40 nuits, jusqu'à la montagne d'Horeb... Une parabole, bien sûr. Dix jours suffisent pour aller à Horeb/Sinaï. Il y a 2 500 ans on savait qu'il fallait prendre les textes au second degré et les interpréter.
Devant la caverne où Elie a trouvé refuge, l'Eternel passe. La tempête déchire les rocs : mais il n'était pas dans la tempête, ni dans le séisme, ni dans le feu du volcan... Il était un murmure doux et léger, le bruit d'un silence... « Que fais-tu ici, Elie ? Je me suis battu pour toi, coûte que coûte ; le peuple a abandonné ton alliance... Je reste seul et on veut me supprimer ! »... « Reprends ta route : voilà ta nouvelle mission, nomme des successeurs aux rois corrompus et choisis Elisée comme prophète à ta place. Tu te crois seul mais il y a encore 7 000 hommes en Israël qui n'adorent pas Baal ».
Le prophète Malachie dira : cet Elie si formidable reviendra avant le grand jugement pour réconcilier les pères et les enfants. Au temps de Jésus, on attendait Elie. Jean-Baptiste prêchera comme Elie ! Et aujourd'hui, il arrive que l'Etat d'Israël se prenne pour Elie ! Bruits et fureur. Mais Jésus est plutôt du côté du bruit doux et léger !

© Réveil - Lire la Bible - mars  2010