Imprimer

[mercredi 30 juin 2010 01:00]

Personnages étonnants  :  Barnabas : celui qui remonte le moral ! (11)

par André BOST

« Le Saint Esprit dit : Mettez moi à part Barnabas et Saul pour l'œuvre à laquelle jeles ai appelés. »
Actes des apôtres 13.2

Vous le connaissez tous : c'est lui qui fait la pluie et le beau temps, saint Barnabé en lutte avec saint Médard ! Bien moins connu que saint Paul et pourtant sans Barnabas, pas de saint Paul ! Il en a été le coach, le parrain.

Ce Barnabas devait être sympa : il s'appelait Joseph mais on l'avait surnommé : « celui qui remonte le moral ». Il avait de la prestance, une barbe ; à Lystre, la foule l'a pris pour Jupiter !
Avec lui, nous allons visiter les portes du Moyen Orient : Chypre, Jérusalem, Antioche de Syrie, Tarse et le sud de l'actuelle Turquie...
Joseph-Barnabas avait l'âge de Jésus ; il était juif, lévite, originaire de l'île de Chypre (à cette époque, des juifs avaient émigré un peu partout). Il se trouve à Jérusalem pour la Pentecôte et est frappé par la prédication de Pierre. Il fait partie des convertis qui ont vendu leurs biens pour les donner à la communauté... Personnage de confiance dans cette Eglise : il pourrait servir de parrain à Saul de Tarse, dont tout le monde se méfiait et qu'on voulait même éliminer, comme traitre et hérétique ! Barnabas le présente aux croyants de Jérusalem. Mais l'hostilité des juifs et des hellénistes persiste et Saul doit se réfugier chez lui, à Tarse, où il reste dix ans, sans doute.
Des groupes de croyants se créent en bien des lieux. A Antioche de Syrie, énorme capitale du Moyen Orient, peuplée de milliers de juifs, une grande Eglise est née, au milieu des tensions et des hostilités. Et voilà que des croyants venus de Chypre et d'Afrique commencent à annoncer le message à des non-juifs. Quoi ? A des non-juifs ? Inquiétude à Jérusalem. On demande à Barnabas d'aller voir sur place. Il s'y rend (500 km, quand même) et trouve une communauté vivante, enthousiaste, si nombreuse qu'il se dit : « Saul nous donnerait un super coup de main : je vais le chercher ». Ainsi Paul, le fabriquant de tentes en poils de chèvres, devient le cinquième pasteur de l'Eglise d'Antioche. Barnabas s'occupe de la liaison diplomatique avec l'Eglise de Jérusalem : il transporte la collecte destinée, après la famine, à secourir les chrétiens de Judée. Mais un jour, le saint Esprit demande à la communauté d'envoyer en mission deux des pasteurs : Barnabas emmène Paul et Jean-Marc dans l'île de Chypre qu'il connaît bien (synagogues de Salamine, Paphos). Puis ils gagnent la côte turque où ils prêchent aux juifs ! Succès. Mais l'hostilité des milieux traditionnels grandit, Jean-Marc les laisse tomber ; Paul en gardera rancune ! Ils décident alors de s'adresser aux non-juifs en priorité. Les intégristes leur font la guerre, mais eux continuent et fondent des Eglises. Un miracle à Lystre les fait prendre pour des dieux !
Nous rendons-nous compte aujourd'hui de la gravité de ce débat idéologique ? Menaces, lapidations... Barnabas et Paul ont été convoqués à Jérusalem pour s'expliquer sur cet évangile prêché aux « Grecs » (c'est difficile d'accepter les étrangers !). Décision est prise d'accueillir dans l'Eglise les convertis non-juifs, si importante pour dire l'universalité du salut en Jésus.

© Réveil - Lire la Bible - été  2010