Imprimer

En lutte (2) : La lutte de Jacob avec l'ange

[jeudi 30 septembre 2010 01:00]

En lutte (2) : La lutte de Jacob avec l'ange

par Eugène PY-KNOERR

« On ne t’appellera plus Jacob mais Israël, car tu as lutté contre Dieu et contre les hommes, et tu as été le plus fort ».
Genèse 32.28


Qui ne connaît le récit de la lutte de Jacob avec l’ange de Dieu ? Il se trouve au chapitre 32 de la Genèse, l’un des épisodes fondateurs de l’histoire d’Israël, et de l’histoire personnelle de chacun.

Situons d’abord l’événement : Jacob, fils d’Isaac, fils d’Abraham a accaparé la bénédiction destinée à son frère Esaü. Pour échapper à la colère vengeresse d’Esaü, il a mis de la distance entre son frère et lui. Il a vécu de longues années d’exil, a travaillé pour son beau-père, s’est marié deux fois et a eu déjà onze fils. A la tête d’un troupeau important, il est riche de toutes sortes de « bénédictions ». Mais il est « en manque » : il vit mal son exil, sa rupture d’avec son frère, son état de dépendance vis-à-vis de son beau-père et de la tribu de celui-ci. Il a trompé beaucoup de monde. Il a été trompé tout autant. Et le voici à un tournant de sa vie. Ayant réfléchi, il mesure que l’essentiel ne peut être dans la réussite matérielle s’il manque à cette vie la relation pacifiée à son frère, à sa terre, à son passé, à son histoire. Et il se met en route pour un « retour » qu’il sait difficile, pour demander à Esaü son pardon, pour retrouver ce qui lui manque, la cohérence avec lui-même. Relisez les versets 23 à 33 de Genèse 32.
Démarche de séduction
Jacob est sur le point de passer la frontière, le Jourdain pour entrer en Canaan ; il a organisé spectaculairement son arrivée, faisant précéder sa famille detous les cadeaux qu’il destine à son frère et dont il espère qu’ils rachèteront sa faute passée.
Vient la nuit : épouses, enfants, troupeaux sont déjà passés sur l’autre rive. Lui reste seul et, dit le texte, « quelqu’un lutta avec lui jusqu’à l’aurore ». Il n’était donc pas seul !
Cet adversaire de toute une nuit est pressé de partir quand vient le jour et demande à Jacob, blessé à la hanche, de le laisser partir. Jacob négocie alors une nouvelle bénédiction et obtient quelque chose d’inattendu : il reçoit un nouveau nom : Israël !
L’adversaire contre lequel Jacob a lutté toute une nuit était donc à la fois Dieu lui-même et les hommes. Et Jacob a été le plus fort, alors que la lutte s’éternisait : aucun des deux adversaires ne pouvant dominer l’autre (v. 26).
A chacun son gué
Jacob n'a pas lutté seulement contre Dieu et les hommes, contre l’ange de Dieu pour en parler avec respect, il a lutté contre l’autre face de lui-même. Qu’est-ce à dire ? N’y a-t-il pas pour chacun de nous un passage du gué à négocier ? Un moment de lutte à la vie, à la mort, contre l’adversaire, contre Dieu, contre les autres, contre soi-même ?
Je le crois. Et c’est dans la nuit et dans la plus totale solitude que se déroule cette lutte, dont la parole de Dieu affirme que nous sortons vainqueurs.
Elle prend place à la frontière, quand le bilan du passé et la promesse de l’avenir se rencontrent. Mais partout et toujours, la bénédiction de Dieu accompagnera celui qui a lutté contre Dieu et qui, bien que boitant, est entré dans la vie réconciliée, la vie pacifiée, la vie avec son frère.

 

© Réveil - Lire la Bible - Octobre  2010