Imprimer

En lutte (7) : Les frères ennemis

[mardi 1 mars 2011 00:00]

En lutte (7) : Les frères ennemis

par André BOST

« Il y avait des jumeaux dans son ventre. Le premier sortit entièrement roux ; et on lui donna le nom d’Esaü. Ensuite sortit son frère, dont la main tenait le talon d’Esaü ; et on lui donna le nom de Jacob. »
Genèse 25.25


L'histoire de Jacob commence par une rivalité entre frères. Une rivalité déjà inscrite dans son nom qui signifie : « il talonne », il rivalise et même il surpasse son aîné… Elle se délie à travers l’effort de fraternité auquel toute cellule familiale devrait tendre, mais si fragile à insuffler.

Les Ecritures sont les livres de toutes les histoires de l'humain. Peut-on dire qu'elles sont Parole de Dieu parce qu'elles nous font connaître la vie, ses problèmes, ses difficultés, ses combats, ses espérances ? Ces Ecritures nous donnent l'expérience de la vie, elles racontent tout : tout ce que les hommes sont capables de faire, le bien comme le mal ; tout ce qui leur arrive et tout ce qu'ils peuvent faire ou imaginer. Elles nous donnent des références, des comparaisons pour que nous puissions mieux conduire notre propre existence.
Je vous propose de relire, dans plusieurs chapitres de la Genèse, l'histoire des frères ennemis : Esaü et Jacob, les jumeaux dissemblables (les chapitres 25 à 27 ; 32, 33...).

Gémellité redoutée
Dans bien des civilisations, les jumeaux sont redoutés. Ils portent malheur. Si on ne les tue pas à la naissance, on les tient à l'écart. Ils sont plus ou moins sacrés. Dans les textes que je vous propose, ces deux frères sont dans un conflit mortel : « Quand le père sera mort, je me vengerai de mon frère et je le tuerai » déclare Esaü. Il faut dire que Jacob, à l'instigation de sa mère qui le préférait, a volé à Esaü, par ruse, son héritage (droit d'aînesse et bénédiction). Et devant la colère de son frère, il doit fuir. Plus tard, il tentera de se réconcilier avec Esaü mais cela va lui coûter cher en troupeaux !
Cette lutte nous est aussi racontée comme une sorte d'explication de l'hostilité, en Palestine, entre les tribus d'Edom (Esaü) et les tribus d'Israël (Jacob), voisines et ennemies.
Regardons la vie actuelle : dans chaque famille, on connaît les concurrences entre les enfants. Plus ou moins accentuées, plus ou moins difficiles : il faut que chaque enfant trouve sa place dans la fratrie. Ce n'est pas toujours simple et dégénère parfois en conflit dur, en particulier au moment des héritages.

Fragile fraternité
Nous aimons bien l'idée de « fraternité » entre les humains. Cette histoire biblique nous montre qu'elle ne va pas de soi ! Fraternité : c'est aussi le lieu de conflits très violents. Dans les Ecritures, les conflits entre frères ne manquent pas : Caïn et Abel, Jacob et Esaü, Joseph et ses frères... Les textes très nombreux de l'Ancien et du Nouveau testament nous exhortent à la fraternité mais leur nombre même montre que cette fraternité est un but nécessaire mais difficile à atteindre.

Médiation
Car la violence existe partout entre les frères, les peuples, les religions, les nations, les idéologies, les intérêts. Chacun veut avoir ce que l'autre possède ! Le philosophe René Girard montre que la religion vise à mieux gérer et maîtriser cette violence ; on utilise le sacrifice, ou le bouc-émissaire. Et cette recherche permanente est le propre de toute civilisation.

© Réveil - Lire la Bible - mars 2011