Imprimer

En lutte (9) : Dieu contre nous ? Nous contre Dieu ?

[dimanche 1 mai 2011 15:52]

En lutte (9) : Dieu contre nous ? Nous contre Dieu ?

par André BOST

« Pourquoi, ô Eternel, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple […]. Reviens de l’ardeur de ta colère, et repens-toi du mal que tu veux faire à ton peuple. »
Exode 32.11

La Bible, souvent, parle d'un terrible combat qui tue : la lutte des hommes contre Dieu et de Dieu contre les hommes ! Ainsi, trouve-t-on dans le livre de l'Exode (chapitres 14 à 17, puis 32...) des débats, des discussions, des protestations, des conflits pas toujours historiques… mais dont la signification est très importante.

La troupe hétéroclite (Nombre 11.4) conduite par Moïse fuit l'Egypte et sa condition de serfs du pharaon. La voici aux rives de la mer des Roseaux et la cavalerie arrive, menaçante. Peur immense ! On agresse Moïse : « Pourquoi nous as-tu fait sortir d'Egypte ? Il y avait des tombeaux là-bas. Maintenant nous allons crever dans ce désert ! On te l'avait bien dit : laisse-nous rester esclaves ».
C'est dur de s'exiler de sa terre natale, de tout abandonner pour aller vers l'inconnu (dans notre monde : des millions de réfugiés, émigrés, déplacés). Moïse tente d'apaiser : « N'ayez pas peur, Dieu va intervenir… » Et Dieu, ironique, lui dit : « Alors, ça rouspète ? Allons, parle-leur et qu'ils marchent ! »

Invectives
Désert de Shur : pas d'eau. Désert de Sin : rien à manger. « Que ne sommes-nous morts par la main de l'Eternel en Egypte ! Nous étions assis près des pots de viande, pain à volonté ! »… L'Eternel dit à Moïse : « J'envoie pain et viande. C'est un test. On verra si, après, ils accepteront ma loi ». Désert de Rephidim : soif ; c'est Moïse qui a peur : « Seigneur, ils vont me lapider ! » Dieu lui répond : « Frappe la roche : une source jaillira ». On appela ce lieu « Protestation ».
Plus tard, au Sinaï : tandis que Moïse reçoit sur la montagne les tables de la loi, le peuple et Aaron fabriquent un veau d'or et l'adorent. Colère de Dieu : « Laisse-moi faire. Je vais les exterminer ». Moïse s'interpose et négocie : « Si tu ne tiens pas tes promesses, tu seras ridicule aux yeux de tous ». Dieu cède. Mais en même temps (complètement contradictoire), Moïse organise, en punition, un massacre collectif : « Que chacun tue son frère ou son parent » : 3 000 morts en un jour ! « Vous êtes un peuple au cou raide. Si je reste un seul instant au milieu de vous, je vous consumerai ! »
Situation dramatique, Moïse négocie : « Tu as dit que tu étais lent à la colère et miséricordieux, pardonne l'iniquité de ton peuple. — Je pardonne mais ils n'entreront pas dans la terre promise ! Leurs cadavres tomberont dans le désert ! »
Et pensez à l'attaque des serpents brûlants (Nombres 21.4-6). Moïse dresse un serpent de bronze sur une perche... pour conjurer l'attaque.

Responsabilités
Visions d'un Dieu terrible, punisseur ! Image qui reste encore parmi nous et dans d'autres peuples (au Japon, quelqu'un a dit : les dieux nous punissent !). Comment comprendre ?
Sommes-nous, nous aussi, en conflit avec Dieu ? Un médiateur est nécessaire : dans Exode, Moïse assume ce rôle, dans le Nouveau testament, c’est Jésus.
Aujourd'hui, je n'explique pas les catastrophes par la colère de Dieu. Mais un tel texte nous demande d'accepter d'être responsables des conséquences de nos actes. Les catastrophes viennent de la nature, sans aucune connotation morale. Mais il y a souvent, en plus, des erreurs humaines. Nous sommes responsables des erreurs humaines !

© Réveil - Lire la Bible - mai 2011