Imprimer

En lutte (10) Luttes et conflits : l’histoire d’une femme de Samarie

[mardi 31 mai 2011 16:08]

En lutte (10) Luttes et conflits : l’histoire d’une femme de Samarie

par Eugène PY

« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; ne serait-ce point le Christ ? »
Jean 4.29

Au chapitre 4 de l’évangile de Jean, nous trouvons le récit de la rencontre entre Jésus et une femme de Samarie, une habitante de Sychar, près du puits de Jacob. Ce passage est à lire pour ce qu’il nous enseigne au sujet de Jésus : « il est vraiment le Sauveur du monde » (fin du v. 42).

Mais au fait, qui est cette femme dont l’évangéliste n’a pas même retenu le nom ? Le texte en dit assez pour qu’il soit possible de la « profiler » précisément. D’abord en précisant qu’elle vient à l’heure de midi pour puiser de l’eau à ce puits situé en dehors du village. La scène évoquée fait penser à l’image traditionnelle des femmes de ces régions, se retrouvant au puits pour échanger des nouvelles et rapporter à la maison l’eau si précieuse pour toute la famille et qu’elles transporteront dans le geste gracieux de la cruche posée sur l’épaule et le mouvement harmonieux et souple de leur corps tendu par un effort qu’elles maîtrisent. Si la femme dont il est question vient à l’heure de midi faire sa corvée d’eau, c’est qu’elle se sait exclue de la scène habituelle. Elle n’a pas le cœur à parler à ses voisines et ne tient ni à les rencontrer, ni à devoir supporter leurs regards ou leurs remarques. Il n’y a à l’évidence pas beaucoup d’amitié entre elles, au point que c’est en rasant les murs que celle que va rencontrer Jésus se déplace quand elle sort de chez elle. Pourquoi ? A cause des hommes qui peuplent sa vie. « Tu as eu cinq maris et l’homme avec lequel tu vis maintenant n’est pas ton mari » précise Jésus. Il est facile d’imaginer qu’elle fait jaser dans les chaumières et que plus d’une, parmi les voisines, lui reprochent la vie qui est la sienne ou la jalousent sans trop pouvoir le dire.

La quête du bonheur
Mais que signifient pour la femme ces hommes, l’un des cinq ou le sixième, peu importe ? Avant d’être en conflit avec ses voisines qui la jugent, la Samaritaine est en lutte avec elle-même. Elle se bat pour trouver son bonheur qu’elle cherche où elle sait d’intuition pouvoir le trouver, dans l’amour d’un autre. Mais d’échec en échec, elle court sans atteindre ce bonheur si nécessaire pour que la vie ait du prix. Où est l’erreur ? C’est, comme elle le pressentait, le septième homme qui croise sa vie qui va lui donner ce bonheur qui comble l’attente de toute une vie. Mais il est d’une autre nature que ce qu’elle trouvait chez ses multiples maris.Mais que signifient pour la femme ces hommes, l’un des cinq ou le sixième, peu importe ? Avant d’être en conflit avec ses voisines qui la jugent, la Samaritaine est en lutte avec elle-même. Elle se bat pour trouver son bonheur qu’elle cherche où elle sait d’intuition pouvoir le trouver, dans l’amour d’un autre. Mais d’échec en échec, elle court sans atteindre ce bonheur si nécessaire pour que la vie ait du prix. Où est l’erreur ? C’est, comme elle le pressentait, le septième homme qui croise sa vie qui va lui donner ce bonheur qui comble l’attente de toute une vie. Mais il est d’une autre nature que ce qu’elle trouvait chez ses multiples maris.

De l’eau pour guérir
Jésus va lui proposer un peu d’eau pour la guérir. L’eau vive qui donne la vie. Pas l’eau de vie qui étourdit et fait basculer dans l’inconscience. L’eau vive, celle qui répond « pour de vrai » à la quête que chacun porte au plus profond de soi, la soif du bonheur. Et cette eau vive coule joyeusement et librement comme une bonne nouvelle, comme un évangile qui affirme que l’attente de toute l’humanité est comblée et que le Messie est venu, l’Envoyé qui vient de la part de Dieu nous révéler que notre vie a du prix et qu’un autre nous aime, un autre qui n’est autre que Dieu lui-même. Sa lutte pour trouver enfin la clef du bonheur ayant abouti, la Samaritaine n’est plus en conflit avec qui que ce soit. Et elle court partager, à haute voix, son excitation et sa joie avec tous les habitants du village.

© Réveil - Lire la Bible - juin 2011